Le 21 août dernier, le CHSCT Grand Paris s’est réuni en réunion extraordinaire à la demande de deux de ses membres CGT afin de porter à l’ordre du jour des sujets que nous trouvions importants pour l’amélioration de nos conditions de travail.

Ces sujets et demandes portaient sur de la législation pure, à savoir si l’entreprise respectait ses prérogatives en matière de documents légaux, mais également sur la mise en exergue et la recherche de certains risques auxquels les salariés peuvent être exposés lors de leurs missions.

Ainsi, outre le passage en revue des différents documents légaux et obligations dont l’entreprise doit s’acquitter en matière de législation du travail, votre CHSCT a voté à la majorité de ses membres présents trois missions en mandatant à chaque fois deux membres pour les réaliser.

Ces trois missions ont pour but de rechercher les risques et leur nature sur les sujets ci-dessous, afin d’aboutir à des enquêtes du CHSCT qui permettront par leurs conclusions d’éliminer si possible le risque à sa source.  

  • Le risque d’exposition des salariés itinérants à de très fortes chaleurs en période de canicule .

  • Le risque organisationnel induit par le déménagement des salariés du groupe basés à Villepinte sur le site du Plessis-Robinson avec plusieurs services dans un open space, le 18 septembre prochain.

  • Le risque organisationnel généré par la situation professionnelle d’une salariée durant les 6 dernières années.

En présence de trois membres élus sur quatre, ces missions ont été votées à la majorité, sauf la dernière qui, elle, a été votée à l’unanimité.

La direction a tout tenté pour empêcher l’élaboration de ces missions en argumentant qu’elles n’avaient rien de légal et que cette dernière devait encadrer ces démarches éventuelles. Or, il n’en est rien, bien au contraire, puisque cela fait intégralement partie des attributions de vos élus, et les membres CGT ont fermement fait valoir leurs droits et prérogatives et ont obtenu gain de cause.

Malgré cela, la présidente du CHSCT a tenu à faire le forcing sur l’attribution des moyens matériels indispensables aux membres pour mener à bien leur mission. Pour le cas présent, le refus d’acheter pour le CHSCT un thermomètre digital pour effectuer les mesures in-situ des températures. La crainte d’une dépense trop importante pour l’entreprise motivant ce refus, ce n’est que par obligation évidente que la présidente a accepté en dernier recours d’en « fournir » un seul. Thermomètre que les membres attendent toujours…

La prochaine réunion de CHSCT ordinaire est prévue le 22 septembre au matin dans l’établissement de Trappes. La veille après-midi, vos élus CHSCT effectueront une inspection de ces mêmes locaux.

 

Vos élus CGT au CHSCT Grand Paris